La Guadeloupe Agrandir

La Guadeloupe

Le territoire des îles de la Guadeloupe autrefois peuplé exclusivement par les Amérindiens que les populations des « vieux mondes » d’Afrique et d’Europe ignoraient, est devenu à partir du XVII ème siècle l’une des scènes pionnières du processus historique de la construction du « nouveau monde atlantique », celui des Amériques, de l’Afrique et de l’Europe...

Plus de détails

397 pièces disponibles

26,00 €

e territoire des îles de la Guadeloupe autrefois peuplé exclusivement par les Amérindiens que les populations des « vieux mondes » d’Afrique et d’Europe ignoraient, est devenu à partir du XVII ème siècle l’une des scènes pionnières du processus historique de la construction du « nouveau monde atlantique », celui des Amériques, de l’Afrique et de l’Europe. C’est là, qu’à partir de 1635, sous l’impulsion de Richelieu, à la fin du règne de Louis XIII, les Français entreprirent une expérience de colonisation aux Antilles qui fut parmi les premières ; elle avait pour objectif la mise en place d’une économie agro-industrielle au service de l’enrichissement de l’État royal et du développement de la société française au sein de l’Europe. Et c’est aussi à partir de cette époque que fut organisée la déportation progressive et de plus en plus massive d’hommes et de femmes d’Afrique pour leur force de travail, sous la condition d’esclaves au service de cette nouvelle économie. Des sociétés originales parce que devenant créoles, ont ainsi émergées sur les ruines de l’extinction des populations amérindiennes.

La société guadeloupéenne fut l’un des laboratoires de cette expérience de l’histoire française, et la compréhension du phénomène de l’esclavage aux Amériques avec toutes ses conséquences idéologiques et culturelles contemporaines, passe d’abord par la connaissance du monde du travail. C’est pourquoi la réflexion qui est menée par les auteurs que nous publions dans cette 18è édition de la collection des
Cahiers des Anneaux de la Mémoire, évoque aussi la part des travailleurs dans la construction de la société guadeloupéenne d’hier et d’aujourd’hui. Nous poursuivons ainsi notre projet de travail de mémoire que nous pouvons définir en nous inspirant du titre d’un ouvrage important de Paul Ricoeur. Les traites négrières et les esclavages aux Amériques relèvent elles aussi des question « d’histoire, de mémoire et d’oubli ».

Sommaire 

La Canne, photographies de Bernard GOMEZ
Jean-Pierre SAINTON - L’île rétive… le récit historique des Guadeloupéens,
Gida GONFIER, Azaïs
Daniel MARAGNES, la jeune fille et le crime,
Esclavage et fiction,
Christian SCHNAKENBOURG - La Guadeloupe, île à sucre, trois siècles d’histoire de l’industrie sucrière,
Raymond BOUTIN - La démographie des esclaves de trois communes de la Guadeloupe,.
Adrien MOUNIEN La problématique du colonat partiaire en Guadeloupe,
L’Usine, photographies de Bernard GOMEZ
Myriam ALAMKAN - La tropicalisation de la morue,
La morue cuisinée façon créole aux Antlles françaises,
Christian SCHNAKENBOURG - L’immigration indienne en Guadeloupe (1854-1889) et ses prolongements,
Fred RENO - L’indianité au défi du contexte sociopolitique dans la Caraïbe : le cas de la Guadeloupe et du Guyana,
Marie-Hélène LAUMUNO - La chanson Gwoka au XXème siècle, du social au politique : essai de chronologie,
Karine SITCHARN Génération d’Algérie, les Antilles et la jeunesse des années 50-60.
Parcours d’appelés, d’engagés volontaires et d’insoumis antillais,
Jean-Pierre SAINTON La mémoire brulante de 1967, Une répression coloniale dans un département d’Outre-Mer,
Ronald SELBONNE - Paroles en archipel Guadeloupe,
BernardPHIPPS - Langue, pouvoir et désir mimétique,
Daniel MARAGNES - L’identité et le désastre,

 Des lieux de mémoire,
Verte Vallée - Anneaux de la mémoire, l’Habitation caféïère la Grivelière en Guadeloupe.
Sylvaine DAMPIERRE, présentation du film documentaire Paroles de Nègres

 

  • Hauteur 24cm
  • Largeur 18cm
  • Poids 0.850kg
  • Type d'ouvrage Livre broché
  • Nombre de pages 400
  • Date de publication 25/06/2018
  • Date de parution 25/06/2018